Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 06:30

"Foncer dans l'irrationnel pour tâcher d'atteindre l'inconscient source de poésie.

Quel autre but concevable?"

Robert Pinget. Tâches d'encre

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 11:25

J'aurais déjà écrit que Jacky a un ventre sur lequel j'aime bien poser ma tête. C'est faux et Jacky me demande rectifier. Lui du ventre, pas une once !

Au dessert aujourd'hui, nous avons eu un concerto, gâteau de chocolat noir, chocolat blanc avec en prime un petit poisson de chocolat au lait fourré d'une moule en chocolat. A la vache déjà montrée ici s'est ajoutée une souris. Alors les kilos, vous pensez.

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 09:01

Ne point chercher à estre ce qu'on n'est pas, & travailler à estre parfaitement ce qu'on est, voilà le fonds de l'humilité chrétienne

Bourdaloue, sur l'estat de vie

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 04:05

Je n'aime pas ce blog qui me revient comme après une opération, une cicatrice que je regarde. Je n'aime pas ces textes qui ont perdu leur illustration et à côté desquels se posent ces petites croix rouges. Je n'ai pas la prétention de bien faire mais à ce que j'entreprends, je m'emploie tout entier. Aussi ce blog bancal ne me plaît-il plus. L'élan est coupé, l'enthousiasme tari; il reste ce dessin dont je suis à peine satisfait, vous promettant cependant pour bientôt une "mater dolorosa" à laquelle j'ai travaillé hier soir. Banalités, "bancalités".

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 19:07

Mon père a fêté son soixante dix-septième anniversaire, avant-hier. soixante-dix sept, c'est un beau chiffre qu'il a fallu lui rappeler comme lui dire aussi que cette date était aussi celle du printemps. Une saison qu'il n'est peut-être pas besoin de marquer autrement qu'en remarquant un soleil plus généreux, une invitation pour lui à retourner au jardin.  Mon père est atteint de la maladie d'Alzheimer. Si je lui disais comme j'aimais m'asseoir entre lui et ma mère dans l'Ariane verte, l'imitant en tout jusqu'à singer les cigarettes allumées, les vitesses qu'on changeait au volant et la vitre qu'on baissait pour laisser le chien passer la tête au dehors, il me regarderait d'un air sceptique. Une Ariane verte? Oui, papa. Verte. Comme le fut ensuite la Renault 16 dont je reproduisais si bien le bruit du clignotant qu'il se demandait pourquoi il résonnait encore.

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 19:20

Vous rentrez de la piscine, heureux d'avoir crawlé, satisfait de votre effort, les yeux remplis du souvenir des beaux garçons que vous vous êtes plu à suivre ou qui, vous snobant, se sont seulement à peine efforcés de vous dépasser. Qu'importe, vous avez faim. Vite, une vinaigrette faite d'une cuillère d'huile d'olive et de vinaigre balsamique, du sel de Guérande et suprême saveur, une mâche en sachet plastique. Pour un repas tout à fait roboratif et satisfaire votre appétit, déroulez enfin une pâte feuilletée achetée au rayon frais, jetez-y quelques dés de jambon et après y avoir versé trois ou quatre oeufs battus énergiquement, si tant est qu'il vous en reste - de l'énergie - couvrez l'ensemble d'au moins deux cent cinquante grammes de gruyère déjà râpé. Au four, ce doit être 180 et surveillez. Pas de blog, ni de réponse à qui vous a écrit et que vous espériez, la quiche d'abord, celle qui vous rappellera la Lorraine d'où vous venez, la Lorraine dont on me dit dès les premiers jours de mon arrivée à Saumur qu'elle ouvrait les portes de l'enfer" mais je l'ai revue depuis avec les yeux de celui que j'aime, je l'ai revisitée et elle, malgré sa quiche, m'est revenue belle, verte et désormais sans lardons. C'est moins écoeurant.

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 12:28

Quand j'ai vu ce tableau pour la première fois, j'ai été ébloui. Ce n'est pourtant pas là le style que je préfère mais chaque fois que je vais à Nancy, je lui rends visite. L'objet de ce billet n'est pas de vous chanter les louanges de Friant, d'autres sites autrement mieux documentés que le mien le feront.

Aujourd'hui 16 mars, veille de ma fête, bonne fête Patrick et cette carte qui me viendra d'Ireland car il m'en vient une par an depuis que j'y suis allé une première fois, mon blog fête son trente et quelquième jour de naissance. Je n'ai pas envie de continuer, non pas de m'arrêter mais de venir ici de temps à autre plutôt que chaque jour. C'est que je ne lis plus, ne dessine pas. C'est que je ne pense qu'à vous qui ne pensez qu'à peine à moi. C'est que je ne trouve pas ma place sur ces pages comme je ne l'ai jamais trouvée ailleurs sauf dans mon coeur.

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 18:56

Jamais, voyant celà, IL ne reviendra.

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 18:30

Ce matin, beau temps sur le saumurois : la voiture reste sur le parking et je prends mon vélo pour aller travailler. Tout va bien, la boulangerie vient de rouvrir, quinze jours à manger du faux pain style banette , ça commençait à compter. Je monte la côte de Bournan, la pédale lègère et qu'on ne rit pas, la pédale légère, j'insiste et c'est là qu'arrivé en haut, je lis comme chaque jour l'affichette jaune du courrier de l'ouest : "deux cygnes retrouvés morts". d'habitude, ce sont de licenciements dont on nous parle ou des exploits du FC Saumur, des morts ou blessés graves de la circulation automobile. Une fois même où l'on avait titré "mort suspect au chemin vert", j'appris quelques jours plus tard par une dite- amie qui ne fait rien d'autre que de boire une litre de darjeeling en lisant, appelons ça, le journal, que le mort en question avait reçu huit coups de couteau : ce pouvait effectivement paraître suspect et en tout cas pas déjà imputable à la grippe aviaire tandis que ce matin, la mort du cygne suffisait pour me mettre en émoi, moi qui déjà la veille avais froid et qui sentais bien qu'au bout de mon nez perlaient quelques gouttes. L'aurais-je, ne l'aurais-je pas et irais-je aussi jeudi, comme à l'accoutumée, nager pour enfin couler, théâtral, dans le lac?

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 05:27

j'ai, ce matin, la tête aussi vide que celle d'un joueur de foot-ball

Repost 0
Published by patrick - dans ausgezeichnet
commenter cet article